Tinü au pays des Merveilles

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 8 septembre 2010

Bonnes moeurs 2

Deux ans ont passé depuis mon billet sur les affiches du métro visant à promouvoir la civilité dans les transports en commun. Et bien sachez que cette campagne a continué tout du long, avec régulièrement de nouvelles affiches présentant toujours les mêmes personnages. Après "ce qu'il ne faut pas faire", maintenant c'est "ce qu'il faut faire"...

Récemment on avait cette affiche:

affiche2
Je note tellement peu de japonais en infraction autour de moi que je me demande si ces campagnes sont vraiment justifiées. Tout le monde fait la queue gentiment avant de rentrer dans les rames, puis s'installe pour dormir, lire son journal ou tapoter sur son téléphone portable dernier cri dans un silence que ne troublent que le bruit du métro en marche, le ronronnement de la climatisation et les annonces à répétition: nom de la station suivante en japonais et anglais, attention aux possibles arrêts subits, veuillez accepter nos humbles excuses car notre train est en retard d'une minute et trente secondes pour cause de pluie violente sur le tronçon XY, les places marquées en jaune sont réservées en priorité aux handicapés personnes âgées et femmes enceintes ou accompagnées de jeunes enfants, merci d'utiliser Tokyo Metro. Les gens chuchotent, et s'il y a un lecteur mp3 au volume un peu fort son possesseur est en général étranger. Il n'y a pas de mendicité. Tout juste quelques impudents qui courent et se glissent dans le wagon après que la petite musique signalant la fermeture imminente des portes se soit arrêtée. Et puis les salarymen un peu ivres qui rentrent chez eux le soir après avoir bu avec les collègues ou clients.

Dans le métro parisien j'imagine que de tels posters seraient rapidement tagués/déchirés/parodiés, victimes des pulsions libertaires d'usagers qui n'aiment pas qu'on leur dise comment se comporter...

mercredi 1 septembre 2010

Yakiniku

Petite sortie entre collègues pour aller manger du yakiniku, ou viande grillée.
On voit les japonais comme de grands consommateurs de poisson, ce qui est loin d'etre faux, mais quand ils se mettent à la viande ils ne font pas les choses à moitié.

Forts des informations récoltées sur le site Yakiniquest qui se veut notamment un répertoire des meilleurs enseignes nippones, nous nous sommes rendus dans un restaurant de grillades haut-de-gamme.

Et voilà la viande prédécoupée en petits morceaux fins (baguettes obligent), et étiquetée de façon à indiquer de quelle partie de l'animal il s'agit.

yakiniku01
On fait griller ça nous-mêmes sur des mini-barbecues, avec quelques légumes en guise d'accompagnement. Les légumes peuvent vraiment se compter sur les doigts d'une main, mais la viande étant extrêmement tendre on n'est pas écoeuré pour autant.

yakiniku02
La plupart des restaurants Yakiniku ne sont pas aussi chers et on y déjeune de temps en temps lorsqu'un collègue ou ami a une envie de viande!
C'est un peu comme les restaurants grill chez nous mais avec de la viande découpée en petits morceaux et avec du riz au lieu des frites/haricots verts :-)

yakiniku03

mardi 17 août 2010

Golden Week

J'attaque le résumé de ces derniers mois avec la Golden Week, cette semaine début mai ainsi nommée parce qu'elle concentre plusieurs jours fériés. Tout le Japon se trouvant en vacances au même moment, les prix des billets de train, d'avion et des chambres d'hôtel s'envolent et il faut réserver des mois à l'avance pour avoir une place.
Pour ma part je me suis contentée d'un stage de futsal de deux jours à Chiba avec la joyeuse bande qui m'a initiée à ce sport. 

GW2010_04

Sur un terrain entouré par la mer, sous le soleil et avec les vagues en fond sonore, j'en ai oublié mon poignet plâtré! Deux jours à taper dans le ballon en rigolant.

GW2010_01
Dégustation de curry aux fruits de mer à la terrasse du café situé au sein du petit complexe sportif le midi, barbecue le soir. On a en profité pour fêter les anniversaires de tous ceux nés en avril et en mai - oui, le mien aussi ^^

GW2010_02
Les dortoirs où l'on aligne les futons sur les tatami la nuit venue m'ont rappelé le voyage aux onsen. L'organisation était d'ailleurs tout aussi irréprochable. Ca fait partie des constantes du voyage en groupe japonais.

GW2010_03
Quelques coups de soleil, mais que de bons souvenirs!

mercredi 5 mai 2010

Première fracture

Et voilà ce qui arrive après deux ans sans manger de fromage... Une petite chute au futsal, et hop poignet cassé! Le gauche évidemment, pour bien faire les choses.

J'ai eu droit au début à un premier bandage couvrant tout l'avant-bras, puis comme la radio post-7 jours était satisfaisante le médecin l'a changé pour une version plus courte et plus dure. 

         Poignet01    Poignet02

Deux semaines sont déjà passées, plus que deux normalement avant guérison complète! J'ai hâte, parce que tout faire avec la main droite pour une gauchère c'est peu pratique. Au boulot à une main je ne tape pas vite. Et puis pour la batterie c'est problématique... Et au futsal, je suis interdite de matches, je n'ai droit qu'aux exercices passes-shoots-etc. en douceur.

Le bon côté de cet épisode est qu'il m'aura permis de mettre en pratique le vocabulaire japonais de l'hôpital: fracture, radio, plâtre, médicament anti-douleur, etc. En cours de japonais à l'université de Nagoya on avait fait un exercice de compréhension orale consistant à écouter les explications données à un patient par l'accueil d'un hôpital pour trouver son chemin jusqu'à la salle de consultation: il fallait alors tracer ce chemin sur un plan de l'hôpital qu'on nous avait distribué. Hé bien là avec ma fracture lorsque le médecin m'a expliqué comment aller jusqu'à la salle de radio, je me suis dit que les cours à Nagoya étaient bien construits!

Cela m'a aussi confortée dans le fait que les congés payés étaient un bel et juste acquis français. C'est simplement dommage que certains en abusent, et plutôt que de songer à rogner dessus nos politiques feraient mieux de réfléchir au moyen de limiter les fraudes! Au Japon, si quelqu'un tombe malade ou se blesse, on considère que c'est de sa faute: c'est la responsabilité de chacun de se maintenir en bonne santé. D'où l'utilisation massive de masques pour éviter de contaminer autrui quand on est malade, mais également pour se prémunir contre les éventuels microbes ambiants avant un examen, entretien d'embauche ou autre événement important. Si l'on s'absente pour maladie, ces jours sont pris sur les congés payés, ou sur le salaire si les congés payés sont épuisés. Certes cela encourage à faire attention à sa santé et pénalise les tire-au-flanc, mais franchement juste après m'être cassé le poignet un jour de congé n'aurait pas été du vol!

D'après le médecin qui m'a soignée, une personne se casse en moyenne une fois un os au cours de sa vie. Donc là moi c'est fait, statistiquement je suis tranquille maintenant :-)

vendredi 23 avril 2010

28 ans

J'ai fêté dimanche dernier mon anniversaire au Japon pour la troisième fois, cette année avec mon équipe de futsal. Si on m'avait dit ça il y a un an je ne l'aurais pas cru! Moi, jouer au foot? HA HA HA.
Comme quoi d'une année à l'autre tout est possible.


J'ai eu droit à un super gâteau de la pâtisserie "Rêver": la langue française a le monopole pour les noms de pâtisseries, boulangeries, boutiques de mode et textes figurant sur la papeterie. Même si c'est dans un français parfois maladroit comme ont pu le remarquer ceux qui m'ont rendu visite au Japon ;-)
Comme il n'y avait pas de cuillères sur la table et que tout le monde attaquait sa part avec des baguettes, j'ai suivi en me disant que c'était plutôt marrant.


J'ai encore cette année reçu plein de gentils messages, cadeaux et appels de tout le monde (que ce soit en terme de personnes ou de géolocalisation!), un grand merci a tous!!!

vendredi 16 avril 2010

Hanami 2010

Cette année je n'aurais célébré les cerisiers en fleur que brièvement, notamment parce qu'il faisait encore assez froid. En ce moment on a une météo yoyo, avec de la pluie, puis le lendemain une belle journée de printemps, puis le surlendemain à nouveau de la pluie et le thermomètre qui perd 10 degrés.

Premier hanami le dernier week-end de Mars, au début de la floraison: j'ai retrouvé au parc de Yoyogi le patchwork de bâches bleues, et on a déballé le pique-nique. L'organisateur ayant juste demandé que chacun apporte un item à manger, on s'est retrouvé avec une improbable combinaison d'onigiri, cake au thon et frites MacDo. Il faisait frisquet et le temps menaçait de virer à la pluie, du coup je ne me suis pas attardée.

Le week-end suivant, c'était le pic de floraison. Apres l'entraînement de futsal on a acheté des bières et quelques brochettes au "festival des cerisiers" qui avait lieu dans le coin, et on a été regarder les arbres en fleur autour du stade.

Enfin le week-end dernier, pluie de pétales, c'est la fin!

lundi 12 avril 2010

Premier live

Le mois dernier j'ai fait mes débuts sur scène... A la batterie!
Par rapport à la guitare ça a l'avantage d'être un peu dissimulé au fond, et puis cette fois-ci j'ai joué juste un morceau, mais j'avais quand même affreusement le trac. La chanteuse aussi d'ailleurs, parce que pour elle aussi c'était une première...
Le planning ultra-chargé au boulot n'a pas facilité les choses pour les répétitions non plus, mais on s'est dit qu'on allait tenter le tout pour le tout.


Et au final on ne s'en est pas mal tiré du tout: pour la rock-attitude il y a encore du chemin à faire, mais le résultat pour des débutants est je pense honorable ^^
La live-house était sympa et bien située, à Roppongi pas loin de la tour de Tokyo. 


Comme c'était une chouette expérience, je vais probablement resigner pour le prochain concert en Septembre ♪!!!

mardi 6 avril 2010

Vélos

Ca roule à Toyama!


Le projet sur lequel j'ai travaillé jour et nuit ces derniers mois a passé avec succès l'épreuve de la mise en service. Un lancement bien couvert par les médias locaux, on a pu ainsi voir ma silhouette affairée au téléphone ou sur mon PC quelques secondes ici et là à la télé japonaise, hé hé.


En tant qu'ingénieur, ça fait plaisir de voir toutes ces heures de travail se concrétiser et le système prendre vie. Ca a été l'occasion de me remettre un peu au vélo aussi :)


Après la cérémonie d'ouverture, on a fêté l'évènement entre collègues dans une izakaya, mais la fatigue s'est vite fait sentir...


Il y a encore du suivi à faire sur le projet, mais je vais pouvoir retrouver un rythme de vie un peu plus normal \(^^)/

vendredi 25 décembre 2009

Noël 2009

Joyeux Noël à tous!

Cette année encore j'ai promu le réveillon à la française auprès d'amis japonais tout acquis à ma cause ^_^
Du fois gras envoyé par ma gentille famille à la bûche du dessert, le repas a tenu ses promesses; et la web-radio française en fond sonore a parachevé l'illusion d'être de retour au pays.

Jusqu'à ce que je me réveille ce matin pour aller au boulot, parce que le 25 n'est pas férié ici (T_T)

mercredi 30 septembre 2009

Hanabi

L'été est fini, et avec lui la saison des feux d'artifices ("Hanabi" en japonais, qui s'écrit avec les caractères "fleur" et "feu"). Il ne se passe pas un week-end sans qu'il n'y en ait dans un coin de Tokyo, et on croise dans le métro plein de japonais qui s'y rendent en yukata, le kimono d'été.

Les feux d'artifices sont magnifiques: un peu comme un bouquet final qui durerait toute une heure! Ils sont sponsorisés par des entreprises et même des particuliers (ainsi cette annonce au milieu de l'un d'entre eux: "la prochaine fusée est de Mme Tanaka pour la naissance de son petit-fils" :).

L'ambiance rappelle celle des Hanami, on retrouve les mêmes bâches en plastique bleues sur lesquelles des groupes consomment la nourriture et les bières achetées au combini du coin ou dans les échoppes disposées aux alentours pour l'évènement.


Les hanabi attirent des foules compactes et on piétine pas mal, mais des policiers sont toujours présents pour assurer la circulation entre le lieu même et les principaux accès aux transports. Et s'il faut s'armer de patience pour s'y rendre, le spectacle vaut clairement le coup d'oeil, et fait partie intégrante de la vie estivale japonaise.

mardi 25 août 2009

Futsal

Je fais depuis quelques mois du futsal au Harahachibu FC, qui n'est pas un véritable club mais plutôt un grand rassemblement de copains venus pour jouer sans se prendre la tête. Les équipes composées pour les entraînements sont mixtes et les niveaux complètement hétéroclites, l'âge des joueurs étant compris entre 25 et 30 ans.



J'ai rencontré des membres de ce groupe à un barbecue, et au début quand ils m'ont proposé de venir faire du futsal avec eux je n'étais pas très emballée. Mais une séance d'entraînement avec eux a suffi à me convaincre, parce qu'ils pratiquent le sport comme à mon sens il devrait toujours l'être: pas de quête de la performance - aller plus vite que les autres, plus loin que les autres, battre les autres à tous prix - mais du plaisir à construire quelque chose ensemble, à se sentir progresser, à maintenir son corps en forme tout en s'amusant.

Les équipes sont toujours composées au hasard et non par niveau ou par sexe, et aussi faible que l'on soit les autres ne font jamais de remarques désobligeantes, ne paraissent jamais exaspérés par vos bourdes et continuent à vous passer la balle même si vous allez la perdre à coup sûr!


Les entraînements se font dans des endroits variés, du terrain en extérieur dans un parc de loisirs à celui situé sur le toit d'un immeuble, en passant par le plus classique gymnase; et ça se termine systématiquement par un repas dans une izakaya du coin.

Difficile de ne pas se laisser convaincre par une atmosphère si bon enfant: il ne me reste plus qu'à me procurer un maillot et des chaussures dignes de ce nom, sachant que parmi les participants, le maillot japonais côtoie le français, on a un Kluivert et un Zidane, et tout le monde s'entraîne à réaliser une roulette marseillaise :)


mardi 18 août 2009

Fuji 2009

Comme l'année dernière je n'avais pas écrit de billet sur mon ascension du Mont Fuji, voici tout d'abord des photos et un bref résumé de l'expédition 2008.

   
 
J'étais partie en binôme avec une allemande, avec pour objectif de voir le lever du soleil au sommet; or le temps s'est dégradé au fur et à mesure de la montée, et nous avons attendu plus de deux heures en haut dans la nuit, le froid, le vent et sous la pluie, tout ça pour ne rien voir qu'un mur de brume tout du long. Avec une telle météo, le lever du soleil était invisible, et la descente s'est révélée un vrai cauchemar avec ses pentes glissantes qui n'en finissaient pas. Les intempéries ont fini par avoir raison de mes chaussures waterproof, noyant à mi-chemin mes ampoules dans un mélange d'eau et de cendres; et je suis revenue transie de froid, les jambes en compote, et me promettant de ne plus jamais retenter l'expérience.

Toutefois, le passage d'une année ayant émoussé le souvenir des mésaventures en question, je me suis laissée embarquer dans une nouvelle ascension ce week-end, cette fois-ci avec des copains du futsal.
 

Et là, miracle, le beau temps était au rendez-vous! Ce qui pourtant au vu de la météo de ces dernières semaines était loin d'être acquis.

Nous nous sommes rendus en car jusqu'à la 5ème station, et après un temps d'acclimatation et un repas sommaire, avons entrepris l'ascension. Nous sommes partis à 18h, chargés de l'équipement classique: K-way, chaussures de marche, sac-à-dos, gants, couches de vêtements supplémentaires, lampe frontale, bonbonne d'oxygène, barres énergétiques, eau vitaminée, et autres sucreries pour pouvoir maintenir l'effort jusqu'au matin.


Le chemin n'est au départ pas très difficile, mais très vite cela se corse avec des pentes raides et des "marches" naturelles assez hautes qui obligent à bien forcer sur les cuisses.
Nous avons passé les 6ème et 7ème stations sans encombre, nous y arrêtant le temps d'absorber un breuvage chaud.


Mais sur le chemin menant à la 8ème station, un des membres de notre équipe a commencé à souffrir du mal de l'altitude (je ne sais pas s'il y a un nom précis pour ça en français, en japonais 高山病): mal de tête, nausée, fatigue. Et comme ce mal-là, une fois déclaré, ne fait qu'empirer en gagnant de la hauteur, nous avons dû laisser notre ami dans un refuge où il a pu se reposer en attendant qu'on le récupère au matin pour la descente.

Cet épisode nous ayant quelque peu retardés, nous sommes tombés en plein dans les embouteillages à l'approche du sommet. Parce que oui, à deux heures du matin, à plus de 3000 mètres d'altitude, au Japon, on fait la queue! Le beau temps et la période de vacances dite d'Obon favorisant l'affluence, il y a une file d'attente digne de Disneyland pour pouvoir voir le soleil se lever au sommet. C'est un peu surréaliste.

Mais toujours est-il que nous sommes parvenus à temps pour voir le paysage s'embraser, et que c'est une scène suffisamment belle pour justifier les efforts fournis :)


Voici la photo-souvenir version 2009:


La descente est toujours un peu rude après une nuit blanche passée à grimper, et mes mollets se ressentent de la raideur des pentes. Mais l'expédition s'est bien mieux passée que l'année dernière, et je ne regrette pas d'avoir retenté ma chance!

mercredi 27 mai 2009

Nodame Cantabile

Pendant la Golden Week je suis allée avec une collègue me promener du côté de Marunouchi, un quartier d'affaires assez chic, à l'occasion d'un événement célébrant la musique classique (et plus particulièrement, pour l'édition 2009, Bach).

Outre divers concerts donnés gratuitement dans les halls des gratte-ciels, on pouvait admirer une petite exposition dédiée au manga "Nodame Cantabile" , dont l'héroïne déjantée étudie le piano, d'abord au Japon puis à Paris.


C'est drôle, les décors et le quotidien français vus d'un œil nippon sont bien rendus, et on apprend tout plein de choses sur le monde de la musique classique: ça donne envie d'en écouter même quand on n'est à priori pas fan.

Moi en tout cas j'aimerais bien que Chiaki-sempai vienne me ranger ma chambre :)

Au Japon on en est au tome 21, le manga étant en cours de publication dans le magazine Kiss. Il y a aussi des versions dessin animé et série télé, mais je n'ai pas encore eu l'occasion de regarder.

Les trois premiers volumes sont parus en français aux éditions Pika, et je vous en recommande la lecture!

jeudi 21 mai 2009

Hanami 4

Voici le dernier billet de la série Hanami 2009, même si en réalité j'ai encore pu profiter de quelques variétés de cerisiers à la floraison tardive au cours d'un séjour à Osaka mi-avril.


Retour au parc de Ueno pour un pique-nique sous les arbres, mais de nuit cette fois-ci. On dispute les places sous les quelques exemplaires encore fleuris à de jeunes salarymen ou étudiants qui jouent aux cartes et boivent des bières à la lueur des lampadaires. Encore une autre ambiance...

vendredi 1 mai 2009

Hanami 3

Alors que la floraison touchait à sa fin, nous avons organisé avec des collègues un déjeuner-hanami au temple Yasukuni, célèbre pour ses cerisiers (et plus encore pour les polémiques liées aux criminels de guerre de classe A qui y sont honorés, mais c'est là une autre histoire).


Outre mes collègues, y participaient des connaissances de l'entreprise située deux étages au dessus de la notre et dont l'activité consiste à créer des sites internet. Ces gens avaient eux-mêmes invité des copains d'une autre entreprise, également spécialisée dans la création de sites internet, et au final c'est toute une joyeuse bande qui a pris part au déjeuner sous une pluie de pétales de cerisiers.


Au menu: yakisoba (nouilles sautées), takoyaki (boules contenant un petit bout de poulpe), okonomiyaki (à mi-chemin entre la crêpe et l'omelette), achetés au stands alignés sous les arbres.

Le temps étant au beau fixe et les gens sympathiques - j'ajoute "webdesigners" à "musiciens" comme catégorie de gens à fréquenter pour les étrangers au Japon :) - ce hanami reste mon préféré dans la série 2009!

mardi 21 avril 2009

Hanami 2

Le week-end suivant, la floraison était complète, et je suis partie avec ma coloc de bon matin pour le parc de Yoyogi.


Mêmes bâches bleues et ambiance festive qu'à Ueno, avec peut-être quelques jeunes gothiques en plus dans le décor, proximité d'Harajuku oblige. 

Tôt le matin, on repère ceux qui ont été désignés pour garder la place pour le groupe d'amis qui ne viendront qu'au moment du déjeuner: jeunes hommes seuls, équipés d'une PSP et entrain de finir leur nuit sur une bâche immense.

Les montagnes d'ordures jonchant le sol ici et là, cadavres de la veille, ôtent un peu de son charme au hanami.

mercredi 15 avril 2009

Hanami 1

La spectaculaire floraison des cerisiers japonais a lieu fin mars/début avril et ne dure qu'une à deux semaines. Observer les cerisiers en pique-niquant et buvant du sake sous les arbres est une activité nationale, appelée "hanami".

hanami1_4

Cette année à Tokyo alors qu'on pensait l'affaire lancée, une vague de froid a ralenti le processus, et pour mon premier hanami au parc de Ueno les branches n'étaient qu'a moitié fleuries et l'air un peu frisquet.

hanami1_3

Cela n'a pas empêché les japonais de sortir les bâches bleues, les boites repas et les canettes de bière pour célébrer l'arrivée du printemps dans une ambiance festive. Les jeunes qui font des parties de cartes côtoient les vieux un peu éméchés qui se mettent à chantonner du enka; et le pique-nique géant dure du matin au soir, les groupes se relayant en continu sous les arbres les plus fleuris.

lundi 13 avril 2009

Sakuramochi

Le sakuramochi est une confiserie japonaise de saison: de la pâte de riz sucrée colorée en rose (couleur des fleurs de cerisiers), fourrée aux haricots rouges, et enveloppée dans une feuille de cerisier salée.

sakura_mochi01
Le contraste sucré/salé est surprenant mais pas désagréable.

sakura_mochi03
Notre ami japonais présente ici la pâtisserie en question, et j'en ai profité pour lui demander de relever son masque, puisqu'il s'agit là d'un attribut nippon: en cas d'allergie au pollen ou de rhume, on porte un masque. Le masque peut servir tout aussi bien à protéger les autres de ses microbes, qu'à se prémunir des microbes des autres (avant un examen important par exemple, ou un voyage, quand on ne veut surtout pas tomber malade).

mardi 31 mars 2009

Week-end onsen

Les onsen sont ces sources d'eau chaude naturelles que l'on trouve un peu partout au Japon, et dans lesquelles on peut se baigner moyennant une somme modique.

Certaines villes, parce qu'elles concentrent un grand nombre de ces onsens, ou parce que leur eau est particulièrement riche en minéraux, engendrent un tourisme spécialisé: on part donc au Japon en week-end-onsen, souvent couplé au ski.

Il y a aussi en France des villes thermales, mais les onsens japonais sont beaucoup plus nombreux, et surtout plus populaires - fréquentés par tout un chacun, indépendamment de l'âge ou du niveau social.
Il n'y a pas de japonais qui ne se soit jamais baigné dans un onsen : c'est à mi-chemin entre cure thermale et bain public, et fait vraiment partie de la culture nippone.

En février je suis partie pour mon premier week-end onsen à Kusatsu, une ville réputée au Japon pour la qualité de ses eaux.

C'était un voyage organisé par un copain musicien, qui rassemble chaque année membres de groupes, fans et amis à Kusatsu pour un week-end.
Pour Kusatsu 2009, on était 37, et j'étais la seule non-japonaise: le genre d'expérience que j'affectionne :)

Kusatsu est située au nord-ouest de Tokyo, et on a fait à peu près trois heures de bus (réservé au nom du groupe de l'organisateur) avant d'arriver à l'hôtel.

La première chose qui m'a frappée, c'est la ponctualité de mes co-voyageurs. Sur les 36, tous étaient à l'heure pour le départ. Et lors des pauses sur les aires d'autoroute, si la consigne était "retour à 22:40", à 22:38 le bus était plein!
Et la suite du week-end n'a vu aucun débordement, aucun retard pour les petits-déjeuners, pour le check-out... On ne nous a fait payer notre séjour que le dernier jour au moment de partir, et là encore tout le monde avait les sous comme il fallait, et la collecte s'est organisée sans impair.
Ça serait tout simplement inimaginable avec un groupe de 36 français dont beaucoup ne se connaissent pas les uns les autres. Chez nous il y en toujours au moins un qui arrive en retard, qui ne se réveille pas à temps pour le petit-déjeuner (surtout avec un buffet 7:30->8:30!), qui oublie quelque chose à l'hôtel, etc.

A l'hôtel, nous avons passé la première nuit en dortoir (non mixtes), c'est-à-dire une grande pièce avec une vingtaine de futons alignés sur le sol en tatami.
Ensuite nous étions répartis en chambres de cinq ou six personnes, toujours non mixtes, et dans le style japonais traditionnel: tatamis, futons, tables basses, portes qui coulissent.

L'hôtel fournit un yukata (comme un kimono léger, ou un genre de robe de chambre), et tout le monde déambule dans l'hôtel dans cette tenue. ça fait un peu hôpital, et n'est pas très pratique: impossible de faire de grandes enjambées, il faut faire attention en s'asseyant, etc.

Mais l'avantage, c'est que ça se retire facilement pour prendre un bain. Parce que dans une ville thermale comme Kusatsu, il y a des onsens directement dans l'hôtel, et on s'y baigne au moins deux fois par jour. Les onsens ont une partie à l'extérieur (on appelle ça alors un "rotenburo"), et sont séparés hommes/femmes.

Par contre entre personnes du même sexe, on doit se baigner en tenue d'Adam... On ôte ses vêtements, prend une douche (les douches sont alignées sur un mur, sans séparation), et hop dans le bain. Interdiction d'y aller avec un vêtement ou d'y tremper sa serviette. Autant dire que cela s'accorde peu avec la pudeur occidentale...

Un brin perturbant, mais une fois dans l'eau finalement on ne voit plus grand chose. L'eau est très chaude, et sent un peu le soufre, mais quand on s'y fait ça détend bien, et c'est bon pour la peau!

Outre les bains de l'hôtel, il y a les nombreux onsens répartis dans la ville. Nous avons fait une petite balade jusqu'à un rotenburo: se baigner nus dans la nature, au milieu des arbres enneigés mais dans des eaux extrêmement chaudes est une expérience un peu troublante mais pas désagréable. Les volutes de vapeur sont hypnotisantes, mais on ne peut pas s'éterniser: l'eau est si chaude que lorsqu'on y reste trop longtemps on a des vertiges au moment de sortir!

Le long des petites rues de Kusatsu, on trouve des magasins de souvenirs et des échoppes qui proposent les spécialités du coin: poissons grillés, senbei (des genres de biscuits salés), manju (petits gâteaux fourrés à la pâte de haricots rouges), accompagnés de thé vert chaud.

Le dîner du samedi soir a consisté en un grand banquet, où chacun avait sa petite table basse chargée de mets japonais. Des grand-mères faisant partie du personnel de l'hôtel nous ont fait une démonstration de danse traditionnelle, et puis on a réintégré les chambres pour boire et faire des parties de Uno: ça au moins c'est international (et "Uno" se dit "Uno").

Pour n'avoir guère dormi que dans le car, je ne peux pas vraiment qualifier le week-end de "reposant", mais ça change les idées et on en revient avec la peau douce comme celle d'un nourrisson.
En tout cas c'était un séjour comme on n'en a pas en France - à moins que ça ne ressemble à ça une cure thermale dans le Massif Central?

mercredi 14 janvier 2009

Le jour de la majorité

Hier était un jour férié au Japon, le "jour de la majorité".
Les japonais qui ont eu ou vont avoir 20 ans dans l'année scolaire en cours (l'année scolaire débutant ici en avril), se réunissent à la mairie pour une petite cérémonie marquant leur passage à l'âge adulte.

Au Japon on devient majeur deux ans plus tard qu'en France! Mais comme les japonais ont tendance à faire plus jeune que leur âge, ça ne choque pas.

Le deuxième lundi de janvier, on croise donc dans la rue de nombreuses jeunes femmes habillées en kimono pour la cérémonie.



Le passage à la majorité donne notamment droit au tabac, à l'alcool et au vote.


jeudi 1 janvier 2009

Bonne Année !

J'ai célébré le passage à 2009 dans une suite au 31ème étage du Grand Prince Hotel à Akasaka, un quartier huppé de Tokyo. On était une vingtaine de personnes, dont mes colocataires, japonais et occidentaux mélangés.

Petite vue sympathique sur Tokyo by night, dommage qu'avec les reflets la photo ne lui rende pas justice!

Bonne et heureuse année à mes lecteurs, 今年もよろしくお願いします ^^!

mardi 30 décembre 2008

Noël 2008

Cette année pour le réveillon de Noël, j'ai invité des amis japonais à dîner. Au menu taboulé, flans au potiron, poulet à la normande, petits pois, ratatouille: un condensé de cuisine française préparé par mes soins. Hormis le taboulé - la semoule est un met étrange pour les japonais - ce fut un succès.



On a bu la bouteille de Sauternes que Marie et Michael avaient gentiment ramené lors de leur passage à Tokyo, et pour le dessert j'avais commandé une petite bûche :) Elle a fait office de gâteau d'anniversaire à une amie qui est née le 24.
J'ai ainsi promu le Noël à la française, bien différent du Noël-Saint Valentin en vigueur au Japon.
Sympathique petite soirée, qui s'est toutefois finie avant minuit puisque mes convives devaient attraper le dernier métro, et parce que tout le monde travaillait le lendemain : le 25 n'est pas férié ici!

mardi 16 décembre 2008

Osaka 2

Encore un aller-retour dans la journée à Osaka pour le travail.
Et tout comme la fois précédente, guère de temps pour le tourisme! C'est un brin frustrant.
Malgré ça, j'aime bien ce genre d'excursions, parce que ça change de la routine et que j'aime bien prendre le Shinkansen!

En semaine, il n'y a que des salarymen dans le train.
J'ai pu voir distinctement le Mont Fuji, mais comme je n'étais pas assise du bon coté je n'ai pas pris de photo.

Après une journée passée à animer des séances de formation en japonais, j'ai quand meme pu déguster quelques Takoyaki (les petites boules avec un morceau de pieuvre caché dans la farce, spécialité d'Osaka). En faisant la queue devant la boutique, on peut en observer la préparation.


Et dans le train du retour, le bento-time! En symbiose avec les salarymen, j'achète cette boite-repas à la gare, pour consommation dans le Shinkansen.




mercredi 3 décembre 2008

Kanji Kentei Niveau 7 : cleared!

Le diplôme est arrivé par la poste, tadaaaaa!

J'avance doucement mais sûrement.

Pour ceux qui n'auraient pas suivi, le kanji kentei est un examen visant à certifier la capacité à lire et écrire les caractères japonais. Il y a plusieurs niveaux, du niveau 10 (le plus bas, 80 caractères) au niveau 1 (la totale: même parmi les japonais, peu y parviennent).

Le niveau 7 correspond à 640 caractères.

Rendez-vous est pris en février pour le niveau 6 :)

dimanche 9 novembre 2008

Visiteurs

Ces dernières semaines se sont succédés à la maison des amis venus de France. Ma coloc aussi a accueilli des amis et de la famille sur la même période, et du coup notre petit appartement s'est retrouvé joyeusement surpeuplé: une auberge miniature, ou plutôt un camping parce qu'on manquait un peu d'espace et de matériel: on n'a que deux - petites - chambres, deux chaises, deux sets de couverts... Alors forcément quand on est passé à six habitants, on a eu quelques problèmes d'intendance; et comme avec ça ma coloc et moi manquions quelque peu de sommeil et de temps libre, il y a probablement eu des lacunes dans notre accueil.

J'espère que malgré ça nos visiteurs ont bien profité de leur séjour, à nous en tout cas ça nous a fait plaisir! Trop sympa de pouvoir faire découvrir à nos potes notre étrange environnement (enfin pour ceux qui n'étaient pas déjà initiés!) et de les voir s'étonner de choses auxquelles on a fini par s'habituer. Ça a été l'occasion de voyager et/ou faire des sorties ensemble (j'y reviendrai dans d'autres billets), et de se fabriquer tout plein de super souvenirs communs au Japon. Merci d'être passés!
Et j'allais oublier: merci pour le ravitaillement, j'ai l'impression d'avoir eu Noël avant l'heure! Rendez-vous compte, je peux me faire une tartine de confiture prune-églantine le matin, suçoter des pastilles Vichy au boulot, et lire un Garfield en dégustant une soupe de légumes Liebig avant de dormir... Vous êtes merveilleux (T_T)!

Surtout, amis lecteurs, ne laissez pas les problèmes d'intendance susmentionnés vous décourager de venir nous voir: la cuvée 2008 nous aura permis de procéder aux ajustements nécessaires, et on vous accueillera de toute façon les bras ouverts, alors inscrivez-vous/réinscrivez-vous pour 2009 \(^_^)/!!!



- page 1 de 4